En visite à la Micro Factory

Micro Factory, en cinq mots,
est un atelier partagé en autogestion.

Micro Factory présente toutes les caractéristiques d’un Fablab sans en avoir le label. Le choix est de faire les choses comme on le sent, en liberté, plutôt que de s’imposer à suivre une charte.
Micro Factory déménage et rejoint RecyK (prononcer RecyKa) à Anderlecht au 55 Quai Demets. Hyper bien connecté, juste à côté des stations de Métro Delacroix et Jacques Brel.

Micro Factory a déménagé et est partit des anciens lieux au Quai à la Houille. Destination, RecyK, nouvelle plateforme de l’économie circulaire, axée sur la valorisation de divers types de déchets.

Micro-Factory

La volonté est de bouger ensemble vers le nouveau lieu qui est tout à fait différent. Dans un bon bâtiment, 2 accès, du chauffage à soufflerie air chaud, trois fois plus grand, 700 m² pour Micro Factory, avec lumière du jour. Il s’agit d’amener d’autres associations dans ce bâtiment de 5000 m² exploité par Bruxelles-Propreté. Tout est à y faire. C’est très excitant.

Il faut créer des liens en interne et en externe. Le défi : dynamiser le quartier sans le gentrifier.

L’organisation se fait en zones. À la louche. Pas trop bruyant-pas trop poussiéreux d’un côté, et, de l’autre, bruyant-poussiéreux.

Chacun travaille de son côté et échange sur les outils, les matériaux. Parfois, en conséquence émerge un projet commun.

Nous créons l’opportunité de partage, de la mise en commun des savoir-faire plutôt que de garder les secrets de fabrication.” nous dit Gilles. “C’est un lieu d’expérimentation permanente. L’artisan et l’informaticien peuvent s’y rencontrer et se nourrir mutuellement. Il y a des espaces partagés, des lieux de rangement personnel et quelques espaces de travail où l’on peut laisser ses affaires et où l’on peut revenir le lendemain et reprendre là où l’on en était. Micro Factory aide les créateurs à devenir autonomes.

Imprimeurs, relieurs, réalisateurs d’images de synthèse, de montage, de production vidéo se mettent de plus en plus à fabriquer des objets, arrivent à les vendre et à en vivre.

Par exemple, à côté d’une armée de drones, un groupe de robots donne des concerts; l’un d’eux, pourvu de cordes de guitare, fait de la musique ; on y retrouve des morceaux d’aspirateurs, d’écrans, de trucs récupérés et collés ensemble pour obtenir la forme souhaitée.

[LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE SUR L’EMAG]

Si ça vous a plu… partagez, commentez, faites tourner !